Valkenburg is belg ! On y était...

Ce dimanche 23 septembre, dès potron minet (malgré la fête à Longchamps...),  Rémy, David, PH, Flo et Pierre, se retrouvaient autour d'un bon café avant d'embarquer, direction La Hollande. Ces passionnés de la petite reine n'allaient pas regretter leur réveil matinal...
Dès 9H, Valkenburg prise d'assaut par les belges...
Dès l'arrivée dans cette charmante bourgade du limbourg hollandais, le constat est évident : Valkenburg est prise d'assaut par des hordes de supporters aux couleurs noir, jaune et rouge. On ressent déjà la ferveur populaire de tout un peuple.
En attendant les pros...
Le quintet de Longchamps prend position vers le sommet du Cauberg, endroit qui sera certainement stratégique dans la course au maillot arc-en-ciel. Durant la matinée, les jeunes élvécistes encouragent les jeunes talents belges dans la course des espoirs.
A 13h15 précises, l'échappée matinale se présente; on y voit notamment le français Jérôme Coppel, l'italien Cataldo et l'espagnol Lastras. Environ six minutes plus tard, le peloton des cadors déboule sous le pont avec déja, bien mis aux avant-postes, les deux leaders belges, Philippe Gilbert et Tom Boonen. Au fil des tours, la tension monte; on perçoit que l'équipe belge est très soudée autour de ses hommes forts. Meersman et Leukemans se glissent dans un groupe parti en contre, à cinq tours de l'arrivée.
Contador à l'attaque
Surprise quand on voit le récent leader de la Vuelta dévoiler ses batteries et déjà se porter à l'offensive. Mais l'équipe belge contrôle; Devenijns notamment, ne compte pas ses peines, et emmène le peloton en sorte qu'à deux tours de la fin, c'est le regroupement. Nos eagles, de tour en tour, se relayent pour aller vérifier le déroulement de la course sur un écran géant situé tout en haut du Cauberg. Il est évident, à voir ainsi Gianni Meersman emmener tout le peloton, que la tactique est d'amener le Phil et Tom en bonne position lors de l'ultime ascencion du Cauberg.
Philippe Gilbert gaat !
Quelle clameur quand on entend le speaker hurler : "Ja, Philippe Gilbert gaat ! Hij is weg...". Tout le monde se penche au-dessus des barrières, à la limite du déséquilibre. Des motos déboulent sous le pont, gênant notre vue. Et puis soudain, comme dans un rêve, Philippe surgit ! Il ne roule pas, il vole, tel un eagle dominant les cîmes, il s'envole vers le ciel, ou plutôt vers l'arc-en-ciel qui, désormais, lui tend les bras... Derrière c'est la débandade, c'est le sauve-qui-peut... Kolobnev tente bien de partir en contre, accompagné de Valverde et de Boasson Hagen mais personne ne parvient à accrocher la roue du Remoucastrien.
Au sprint !
Aussitôt leur champion passé, les eagles piquent un véritable sprint vers l'écran géant. Surtout, ne pas arriver trop tard ! Je suis pris à partie par des supporters flamands qui, déjà scandent : "Philippe Gilbert, Philippe Gilbert... wereld kampioen" ! Il est vrai que mon chapeau noir-jaune-rouge ne trompe pas... Tout le monde se met à chanter, à danser : notre champion, cette fois c'est sûr, ne peut plus être rejoint; déjà il salue ses supporters, lève les bras au ciel pour un triomphe mille fois mérité.
La brabançonne... et vive la Belgique !
Une fois l'instant d'intense émotion passé, notre sang ne fait qu'un tour : "on y va ?", crie David; personne n'hésite et on court à présent vers la ligne d'arrivée, encore distante de deux kilomètres ! On arrive juste à temps pour entendre les dernières notes de la Brabançonne. Tout au long de notre parcours pédestre, on est salué, encouragé, félicité... Quel sentiment incommensurable que cette fierté d'être belge !
A l'heure où le New York Times annonce, dans un article incendiaire décrivant le monde de demain, la fin de la Belgique, c'est un belge, un vrai, parfait bilingue qui est parvenu à fédérer toute une équipe, tout un pays pour un objectif presitigieux. Hier, sur les hauteurs du Cauberg, des flamands chantaient : "on est wallon, on est wallon..." ! On croît rêver...

MERCI Philippe pour cet instant magique, pour tout ce bonheur partagé. Et vivement Florence en 2013 !