4H de Baronville : la rage de vaincre !

Ce dimanche 11 septembre (date hélas tristement célèbre) avaient lieu les traditionnelles 4H cyclistes de Baronville. Cette organisation soutient actuellement la lutte contre une terrible maladie infantile : la mucoviscidose. C'est donc pour la bonne cause que les 25 équipes engagées allaient pédaler cet après-midi.

Rappelons le principe de cette épreuve qui se déroule par équipes de trois coureurs (identifiables par des dossards de couleurs différentes), ces derniers se relayant toutes les demi-heures (20 min dans la dernière heure de course). Nos couleurs alignaient deux équipes. D'une part, Rémy Dechambre, P-Henri Gresse et Florian Stéveler et, d'autre part, Fabian Aubry, Cédric Stoffen et Julien Talbot. Pour ce dernier, c'était le baptême du feu puisqu'il participait à sa première épreuve cycliste. Il s'en est magnifiquement tiré, montrant de belles qualités et un beau style sur le vélo.

C'est derrière la "safety car" que les coureurs aux dossards blancs s'élançaient pour un tour de chauffe avant que le départ réel soit donné. Durant tout ce relais, malgré quelques escarmouches, le peloton des favoris restait groupé.

Attaque de Christophe Gillardin au 2e relais !
Le relais des dossards verts allait être nettement plus mouvementé puisqu'après quelques tours, C Gillardin parvenait à se faire la belle. Flanqué d'un coureur du Team Liégeois, il menait la vie dure aux poursuivants dont notre Rémy (Dechambre) qui tâchait de limiter la casse.

Pierre-Henri remet les pendules à l'heure !
Au moment où les dossards jaunes entrent en piste, l'écart est de 34 secondes. P-Henri Gresse et Michel Dejanah s'activent pour revenir et y parviennent (chacun de leur côté) en fin de relais, le jeune Quentin Gillardin ne parvenant pas à maintenir l'écart.

Florian connaît un problème technique !
Le 2e relais chez les blancs allait être émaillé de plusieurs problèmes techniques. C'est tout d'abord l'équipe 19 d'Eddy Denis qui perd son transpondeur. L'organisateur a le bon sens de le "remettre dans la course" une fois ce dernier retrouvé. Puis c'est au tour de Florian Stéveler d'avoir un ennui : son transpondeur se décalle dangereusement et glisse le long de la fourche avant de s'entrechoquer dans les rayons. Arrêt obligatoire, énervement ! Ici aussi, les organisateurs ne pénalisent pas l'équipe 6 et leur permettent de reprendre l'épreuve à leur place dans le peloton de tête. OUF ! On a eu chaud... Richard Gresse (père de PH) peut en témoigner...

Le relais chez les verts démarre en trombe avec, à nouveau, une escarmouche de Christophe Gillardin. Scénario identique au 1er relais où Rémy fait de la résistance pour que l'écart ne prenne pas des proportions irrémédiables. Cependant quand les jaunes entrent en piste pour leur second relais, ils ont un retard qui dépasse légèrement la minute. Qui plus est, l'équipier et petit-frère du fuyard, Quentin Gillardin, se retrouve à l'avant bien secondé par d'autres coureurs qui se trouvent à un tour. S'ensuit alors un long mano a mano entre le petit trio de tête et les poursuivants au rang desquels les plus actifs sont Pierre-Henri Gresse, Michaël Dejana et Simon Semes. Très longtemps, l'écart stagne aux abords des 45 secondes. En fin de relais, Quentin Gillardin perd pied et doit laisser filer ceux qui l'aidaient. Dès lors, en deux tours c'est le regroupement général, au grand soulagement des nôtres !

Superbe troisième relais de Rémy Dechambre, qui ne craque pas !
Lors du 3e relais des blancs, Florian Stéveler assure et le quatuor de tête s'est bien détaché. Vient alors l'ultime relais des verts où l'on redoute les attaques de Gillardin. Cette fois, Rémy ne s'en laisse pas compter et va chercher, tour à tour, Gillardin et Catot qui tentent vainement de le faire craquer. Superbe résistance de notre jeune de 17 ans face pourtant à des coureurs nettement plus chevronnés que lui. Quel caractère ce Rémy !

Le final est palpitant...

Dernier relais aussi pour les dossards verts. La situation devient assez claire; on retouve en tête un quatuor composé de Michaël Dejanah, Simon Semes, Quentin Gillardin et Pierre-Henri Gresse. Dejanah attaque tant et plus, redoutant le sprint de PH mais ne met jamais véritablement ce dernier en péril. A force de tergiverser devant, un petit trio revient de l'arrière, tentant de faire la jonction. A la cloche, ils n'ont plus que dix secondes de retard mais, à ce moment précis, ça repart de plus belle en tête sans qu'aucun des 4 leaders n'arrive à se débarasser de ses adversaires. On va donc assister à un sprint royal.

Dejanah joue son va-tout dans la petite descente qui précède la côte d'arrivée, sitôt contré par Gillardin qui ne parvient cependant pas vraiment à boucher le trou. Le maillot bleu pointe toujours en tête aux 150 m mais on sent que ça revient derrière. Pierre-Henri Gresse a, en effet, mis le turbo, flanqué de Simon Semes dans sa roue. Suspense insoutenable pour Richard Gresse (à la caméra) et pour moi-même (aux photos en rafale pour l'arrivée). Mais grand soulagement en apercevant notre PH à nouveau lever les bras au ciel ! Victoire indiscutable après un sprint mené de main de maître. Du grand art. Bravo !

Dejanah finit à une 2e place méritée, devant Simon Semes beau 3e et Quentin Gillardin, légèrement décroché, termine 4e. Le sprint pour la 5e place est remporté ragueusement par un Jean-Christophe Lejeune toujours en verve quand il est sur ses terres de Baronville...

Restait à nos troupes de bien fêter la victoire, notamment en partageant un barbecue convivial prévu par les organisateurs. Bravo à eux pour cette très belle manifestation au profit d'enfants peu gâtés par la vie. La mucoviscidose est, en effet, l'une des maladies infantiles les plus terribles. Merci à tous ceux qui ont eu la génrosité du coeur en participant à ces 4H. Vivement l'édition 2012 !










Photo
: PH l'emporte facilement au sprint devant M Dejanah et Simon Semes